TRIP | TOKYO : La fois où tu dormais à l’aéroport [JAPrintemps16]

Premier post du challenge auto-imposé 7 articles en 7 jours, sur mon bref passage dans la capitale Tokyo (ou plutôt son aéroport secondaire, Haneda). Un article mi-je raconte ma vie, mi-je fais une revue et je donne des infos 😉 . Bonne lecture.


8 mars 2016 départ pour le Japon… Le vol étant à 23h25, il y a peu de monde à l’aéroport DONC le personnel est sympa et anormalement souriant ; l’agent de la police aux frontières m’a fait une blague, trop rare pour ne pas être souligné. J’ai même débattu des avantages et inconvénients à voyager seul avec l’agent de contrôle des bagages.

Dans l’avion c’est la cohue, notamment avec les Japonaises qui ont 20.000 sacs d’articles achetés en zone duty free et qui se débrouillent tant bien que mal à caser tout ça dans les coffres à bagages. Cela faisait longtemps que je n’avais pas volé de nuit : globalement le vol s’est bien passé, à part quelques zones de turbulences où tu te dis que tu vas mourir.

L’atterrissage était ce qu’il était. En bonne chochotte je n’arrêtais de me dire “il descend raide là, non?“, “il va trop vite là, non?“, “il tangue trop là, non?“… Mais ça l’a fait. Le pilote s’est même auto-congratulé d’avoir réussi, je cite :

Ce magnifique atterrissage, malgré les conditions météos peu clémentes!

Ce n’est pas le genre de déclarations qui me rassurent… Quand j’entends ça, je me dis que ça a dû suer dans le cockpit et que le message que le commandant de bord voulait faire passer était plus du style :

Roh la laaaa!! Mes amis, estimez-vous heureux d’être en vie et en un morceau, hein, parce qu’avec cette météo merdique, c’était pas garanti!!

Bref, on est arrivé, c’est ce qui compte. La prochaine étape va être plutôt longue pour moi parce que je ne sors pas de l’aéroport : je teste Haneda comme hôtel de fortune.

J’ai fait le choix de passer la nuit à l’aéroport d’Haneda pour des raisons pratico-économiques : mon vol atterrissait à Tokyo Haneda à 19h25 et j’enchainais le lendemain avec un vol pour Hiroshima, tôt le matin. Du coup je me suis dit que plutôt que payer le train jusqu’à la ville, payer une nuit d’hotel où je n’aurais pas dormi (décalage horaire oblige) et de re-payer le train de la ville vers l’aéroport, autant rester sur place.

Au fur et à mesure que le temps passe, je me rends compte que ce serait un bon spot qui mériterait une place honorable dans l’éventail des options pour voyageurs fauchés/curieux/pas difficiles. Il y a:

De nombreux sanitaires clean et confortables.

J’ajouterais que les toilettes Hi-Tech japonaises et leurs multifonctions s’avèrent bien pratiques dans ces situations où tu n’a pas accès à une salle de bain complète.

De nombreux restos dont 3-4 ouverts 24/24.

C’est ce qu’il y avait indiqué sur le site de l’aéroport et j’ai effectivement croisé ces 3-4 restaus. Ça va du snack bar au restaurant de ramen, tous les appétits sont couverts. Même si au final, peu de restaurants sur l’ensemble sont ouverts en permanence, il faut savoir qu’il y a quand même beaucoup de restaurants qui sont ouverts jusqu’à tard, c’est à dire 22-23h (j’ai été choquée de voir que le McDonald de Narita, l’autre aéroport de Tokyo, fermait à 19h30… Un Mcdo…).

En terme de divertissements et équipements

On trouve un pont d’observation du tarmac, des simulateurs de vols et bien entendu, de nombreuses boutiques. La connexion wifi dépote et reste stable (pas besoin de se reconnecter toutes les 1/2 heures). Le terminal où je me trouvais était plutôt bien fourni en zones pour charger ses appareils électroniques : prises secteur japonaises et prises USB, qui fonctionnent, pas comme à Roissy CDG où il faut que tu parcours 10 km de terminal pour trouver une prise qui daigne marcher.

En terme d’ambiance

Il y a des agents qui circulent en permanence pour veiller à ce que paix et justice règnent à Haneda. Plus sérieusement, les agents font leur ronde, s’assurent que tout va bien et te fichent la paix. En toute franchise, je n’ai pas spécialement ressenti de menace particulière ou un quelconque risque de vol d’affaires. Dans le doute j’ai quand même attaché mes sacs à mon oreiller.

Les autres passagers sont plutôt cools et silencieux, à part 2-3 mamies chinoises qui se raclent la gorge en 120 décibels dolby surround. Rien de trop gênant quoiqu’il en soit et puis, j’aime à croire que les voyageurs sont une faune de nature paisible et respectueuse. Après rien ne garantit que calme et tranquillité règnent en maitre, à tous les coups.

A l’endroit où je suis les lumières sont tamisées. On entend de temps à autre le bruit des réacteurs mais c’est nettement moins pire que dans certains endroits de la ville où t’as droit à la circulation automobile et/ou ferroviaire.

Parlons confort de couchage

Je n’ai pas vu de bancs ou fauteuils d’aspects moelleux comme il en existe dans certains aéroports (Vienne, Dubaï,…).

Je me suis installées sur un banc en plastique/bois de 50 cm de large environ, qui allait être mon lit pour la nuit. Pour avoir dormi dans des hotels, guesthouse ou sharehouse dont les couchages étaient similaires à des amoncellements de gravats, je ne suis pas dérangée par le manque de confort de ce banc… Et puis on est dans un aéroport, pas dans un hotel donc tu relativises vite. Mais 50 cm de large pour un couchage, ça veut dire qu’il faut être constamment sur le côté… et au bout de quelques heures, tu sens que tes côtes et ton bassin droit (ou quelque soit le côté sur lequel tu dors) se translatent gentiment vers l’autre côté.

Couchage banc haneda

J’avais piqué l’oreiller et le plaid fourni par AIR FRANCE mais j’ai été surprise de constater que certains passagers étaient bien mieux rodés (sacs de couchage, tapis, localisation des bons spots).

La localisation et l’accès

Dernier point positif, la localisation. Haneda, c’est environ à 30 minutes du centre de Tokyo, et ça coute entre 400 et 600 ¥ selon la station de destination. A titre de comparaison, Narita (aéroport international principal), c’est minimum 1200 ¥ et 1h30 de train.

Pour conclure

Franchement, quand t’es en mode YOLO et si tu n’es pas trop exigent, dormir à Haneda est une bonne solution. J’ai souvent lu des articles “où dormir à Tokyo quand on est pauvre ou en galère et à court de solution?”. On va te parler des capsules hotels, des karaoke, des manga-cafes… Bah tu peux ajouter Haneda, BAM!

Sinon, pour les voyageurs en transit, ceux qui veulent économiser une nuit d’hotel entre deux étapes, ceux dont le vol atterrit tard le soir ou décolle tôt le matin, je trouve que Haneda est un bon hébergement de substitution (j’entends par là que c’est pas l’aéroport tout rincé où tu restes parce que pas d’autres options; c’est vraiment un endroit accueillant si je puis dire).

Sur ce, à plus.

Chrys Prolls

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *