COUP DE ♥︎ | TOKYO GEGEGAY fait rimer creepy et cool #www

Janvier 2016, Tokyo. J’assiste au All Japan Super Kids Dance Contest et pendant la démo des juges, je suis attirée par la performance de Mikey : le personnage, son univers, son style de danse, son look gothique lui donnent un côté lugubre, reine dark, sorcière vaudou, exorciste – au choix – qui me tape à l’œil. J’ai été marquée sur le coup mais je n’ai pas cherché à explorer plus.

TOKYO GEGEGAY, les #wonderful #wild #women

Novembre 2016, Wakayama. Petit moment de déprime. Allongée sur mon lit à ne rien faire, l’image de Mikey la reine gothique me traverse l’esprit. Est-ce en lien avec mon état d’esprit morne ou est-ce le fruit du hasard? J’approfondis néanmoins mon enquête et découvre qu’elle est la leader d’un groupe, 「東京ゲゲゲイ」Tokyo Gegegay.

tokyo_gegegei_4

Avec un nom mystérieux qui fait à la fois festif, à la fois bégaiement et dans un esprit LGBT, un site internet chiadé, des millions de vues sur Youtube… Je me dis que ça ne sent pas le « petit groupe ».

# WILD : un style particulier

Je choisis une vidéo au hasard,「連合」en raison du thumbnail qui invite au visionnage : 4 personnes au look d’écolières zombies, mais pas les zombies crades, fatigués et tout flingués à la Resident Evil, non… Moi je parle des zombies à la japonaise comme dans The Grudge.

* rengō : alliance

Les premières secondes montrent une parodie de comédies sentimentales asiatiques (1). C’est sympa mais pas ouf, le maquillage n’est pas très soigné (volontairement?), les perruques à deux balles façon la Foir’fouille/Babou me font douter… Je suis acerbe, c’est vrai, mais je ne fais que décrire ma première impression.

À 45 secondes, la magie opère. Pas vraiment de danse, ou plutôt si, de la danse mais assis, avec uniquement le haut du corps (tête, visage, cou, bras, épaule, torse…) ; c’est là toute la beauté et l’ingéniosité de la scène. Ces gestes en musique qui arrivent de nulle part – mais étonnamment bien placés -, donnent un côté comédie musicale, sans les paillettes ou le gnangan.

À 2 min 25  secondes, les choses basculent. Pour le meilleur ou pour le pire, je ne saurais pas vraiment choisir. C’est saisissant, créatif et générateur d’un méli-mélo d’émotions : gêne voire dégoût, attirance, rire… C’est creepy et extraordinaire à la fois, ces deux aspects s’entrechoquent et se complémentent en permanence. C’est l’harmonie du beau et du bizarre.

(1) : je l’ignorais lors du premier visionnage mais il s’avère que la vidéo est effectivement la parodie d’un sketch du duo comique 日本エレキテル連合 (Nippon elekiteru rengo) : dame yo, dame dame!

# WONDERFUL : le mélange des genres

Une base solide de voguing, un soupçon de tutting, du popping et animation à la volée, une pincée newstyle puis enfin, le petit je-ne-sais-quoi.

Chaque vidéo, chaque chorégraphie possède ce côté surprenant, ce n’est pas forcément un style de danse bien déterminé mais une manière d’aborder la création, un angle de vue lié au thème.

Pour exemple,「さよならダーリン」, le je-ne-sais-quoi serait la chorégraphie sur vélo ainsi que toute la créativité que ça implique.

* sayōnara darling : au revoir, mon chéri

Autre exemple,「葬儀」. On est dans une ambiance de deuil, d’enterrement et en parallèle, on a le pétillant Uptown funk de Mark Ronson… Don’t believe me just watch.

* sōgi : funérailles

# WOMEN : qui sont-elles?

Le groupe s’est formé en 2013, autour de la leader Mikey. À l’occasion de la 5ème saison du DANCE HERO, diffusée sur Telebi Tokyo, Mikey choisit 4 personnes parmi ses propres élèves et ensemble, elles participent au concours. L’œuvre qu’elles présentent「キテレツメンタルワールド」est créee à partir de la vision du monde de Mikey. Elles obtiennent le meilleur score de ces dernières années ainsi qu’une pluie d’éloges des membres du jury.

* kiteretsu mentaru warudo : un monde mental très étrange

Tokyo Gegegay est composé de cinq membres :

tokyo_gegege_members

  • Mikey, le pilier, la matriarche si je puis dire. Elle est à l’origine de cet univers un peu étrange qui caractérise le groupe. Sinon, elle aime boire, fumer ainsi que le catch féminin.
  • Bow, originaire de Saitama, fan de lecture et qui sait cuire le riz comme personne.
  • Marie, à prononcer Marié, dont le special skill est de garder l’équilibre.
  • Yuyu, originaire de Gunma, aime chanter, lire et s’adonne à la calligraphie. Princesse Mononoke est l’un des ses films favoris.
  • Miku, la cadette, qui aime dormir, manger et qui collectionne les fournitures de bureau. C’est une admiratrice de Beyoncé. Elle pourrait être moi, en fait…

Voilà tout pour le coup de cœur du jour. Sur ce, mata ne

Chrys Prolls

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *