REVUE | HAIKYŪ!! SAISON 1

Vous avez pu voir que dans les articles qui traitent d’animation japonaise, je fais régulièrement référence à Kuroko No Basuke, ma série number one dans le genre sport et l’une de mes préférées tout genre confondu.

Alors que je venais de finir la saison 3, ma pote Jess me recommande Haikyū : “si t’as aimé Kuroko, tu vas kiffer Haikyū… Pour moi, c’est même au-dessus… Y’a même un putain de twist à un moment, franchement regarde”… qu’elle me disait, la meuf.

Carte d’identité : HAIKYŪ

Type : Shōnen
Genre : Sport
Titre original : ハイキュー!! (Haikyū!!)
Auteur : Haruichi Furudate
Réalisateur : Susumu Mitsunaka
Studio : Production I.G
Dates de diffusion : Saison 1 : 6 avril 2014 – 21 septembre 2014
Durée : 25 épisodes de 25 min ∼

Bande annonce (vo) :

Synopsis :

Shōyō Hinata, jeune élève au collège Yukigaoka, trouve un intérêt soudain au volley-ball après avoir vu un match de tournoi national inter-lycée à la télévision. Malgré sa petite taille, il est déterminé à suivre le même chemin que son joueur modèle du championnat national, surnommé le « petit géant ». Il crée alors un club de volley-ball afin de commencer son entraînement, et il arrive à réunir cinq autres joueurs lors de sa dernière année au collège. Son équipe participe alors à un tournoi mais se fait éliminer dès le premier tour par l’équipe de Tobio Kageyama du collège Kitagawa Daiichi. Malgré cette défaite, Shōyō continue de s’entraîner tous les jours et s’inscrit au lycée Karasuno, là où a évolué le « petit géant »…

Mon avis : saison 1

Sur les recommandations de mon amie, je m’y mets. Je regarde… épisode 1, 2, 3…6…9…12… et un truc me frappe : il ne se passe RIEN dans cette série!!!

C’est ennuyeux, c’est monotone, ça tire en longueur, tu sens que des toiles d’araignées poussent sur tes cheveux à chaque visionnage. Bref, vous l’aurez compris, j’ai pas du tout accroché, j’en étais même outrée.

Trois facteurs ont à mon avis contribué à ce rejet. Le premier est grandement lié à la façon dont la série m’a été vendue. Il vous est sûrement déjà arrivé de ne pas du tout être emballé par un film, un livre ou un album musical ayant fait l’objet d’une hyper médiatisation ou étant décrit comme tuerie intersidérale. C’est l’effet attentes/déception face à beaucoup d’avis favorables ou un déluge d’éloges. Contrairement à mon habitude, je n’ai pas abordé Haikyū avec un esprit neutre mais plutôt avec l’envie d’être éblouie… comme ça avait été le cas pour Kuroko No Basuke.

Eh oui, on y vient. Cette fameuse comparaison qui revient tout le temps et partout (ça me semble unilatérale cela dit : Haikyū est souvent comparé à Kuroko et Kuroko est plutôt comparé à Slam Dunk). C’est le deuxième facteur. Avec le recul, je me dis que ces deux séries restent fondamentalement opposées bien qu’ayant de nombreux points communs. Par ailleurs, je me rends bien compte que regarder une série en ayant une autre pour référence, ça pipe un peu les dés. Cependant, KNB m’a procuré des émotions fortes et c’est ce que j’attendais d’Haikyū, je ne voulais pas que ce soit juste une série sympa sans plus.

Enfin, troisième facteur, lié au contenu cette fois : je trouve la série banale, elle est plus que jamais ancrée dans le moule du shonen sportif. Elle n’apporte rien de spécial à mon goût, alors qu’il y a matière à. Par exemple, ils auraient pu faire un truc terrible avec la “rivalité” Hinata/Kageyama mais non, ils deviennent potes* très vite. Autre exemple : l’un veut devenir un grand joueur alors qu’il est nul comme tout ; l’autre veut casser sa nature individualiste et mettre son génie au service de l’équipe. Il aurait pû il y avoir un peu plus de travail sur ces aspects.

* Peut-être pas potes mais ils s’entendent bien très vite. J’aurais voulu que ça ripe un peu plus entre eux, un truc du style « je fais l’effort pour le bien de l’équipe mais sache que je peux pas voir ta gueule en peinture… »

J’ai également l’impression qu’il n’y a pas de message, ni de but, que c’est juste un groupe de jeunes lycéens qui jouent au volley, voilà. J’aurais plus accroché s’il y avait quelques side-stories ou alors un objectif/une finalité** bien identifiée vers laquelle on tend.

** Exemple : Luffy veut trouver le One Piece et devenir le roi des pirates. Et vu comment c’est parti, il en aura pour des années le mec. Mais voilà, il y’a un but. Sur Haikyū – saison 1- je trouvais que non, pas vraiment. On joue pour jouer et si on pouvait gagner, ce serait trop cool.

En fait, Haikyū saison 1, c’est trop documentaire. Je pense que cet aspect plait énormément, ce côté purement volley-ball sans les chichis d’à côté. C’est ce qui fait – j’imagine – l’une des forces de la série. Or moi, même si j’aime le côté sport, j’ai besoin qu’il s’inscrive dans une histoire. Et c’est pas parce qu’il y a 3 guitares et 2 violons en bruit de fond que ça fait une histoire…

De plus, le rythme de la série me semble particulièrement lent pour le peu que ça apporte. Le réalisme et la lenteur ne me gênent pas en soi, mais il faut que je m’y retrouve sur autre chose, comme une intrigue en parallèle, un développement des personnages bien exécuté, ou encore une approche du sport vraiment originale.

Ex: Chihaya Furu qui à mon sens, possède les 3 points mentionnés ci-dessus.

Note globale, totalement subjective et non contractuelle : 6/10

En bref, je trouve que cette saison accumule les mauvais points. J’ai continué à regarder au nom du twist – ahem *toux* grosse arnaque là-dessus aussi – dont m’avait parlé ma pote. Je ne vais pas spoiler mais disons que la situation arrive en toute fin de saison, et que je n’y voyais rien d’étonnant, étant une grosse consommatrice de shōnen sportifs.

En résumé, je me suis sentie arnaquée sur la marchandise. Genre “c’est ça ton mieux que Kuroko?”

Mais puisque la saison 2 était déjà en cours, j’ai quand même souhaité voir ce qu’il en était, avec un espoir d’amélioration… À suivre.

Chrys Prolls

Haikyū saison 1

Haikyū saison 1
60

Histoire

3/10

    Design

    10/10

      Son

      7/10

        Personnage

        5/10

          Intérêt global

          5/10

            Laisser un commentaire

            Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *