EN FUFU | #3 Spécial Seiyuu

【 Sore Ga Seiyu • Love Get Chu • Rec • Koe De Oshigoto 】

Pour ce 3ème épisode, j’innove un peu en essayant de regrouper les séries visionnées par thème. Aujourd’hui, les seiyu* sont à l’honneur avec 3 anime mettant en avant ce métier.

* Seiyu: doubleur, acteur de voix.

En fufu? Chaque week-end est l’occasion pour moi d’agrandir mon CV d’otaku, en me matant une bonne quantité d’anime. J’en sélectionne un peu plus d’une demi-douzaine, en random, puis j’écrème le tout comme à la Nouvelle Star. Les anime qui passent ce premier casting sont généralement ceux qui arrivent à me convaincre de visionner au delà des 3 premières minutes… L’article qui suit est un recueil de mes impressions à chaud, sans filtre ni censure. Bonne lecture!

Seiyu’s Life! (2015)

それが声優! (Sore ga seiyu!)

sore_ga_seiyuLe synopsis (myanimelist) : Futaba Ichinose est une actrice de doublage de première année pour Aozora Productions, et est déterminée à évoluer de débutante à seiyuu reconnue. Aidée par une actrice aînée, et avec les encouragements de son animal en peluche Kotori-chan, Futaba apprend les ficelles du métier et gagne en expérience dans l’industrie du doublage. Sa carrière naissante l’amène du studio d’enregistrement à la radio, les groupes d’Idol et bien d’autres.

Mon avis : je craignais de ne pas aimer cet anime en raison de son côté kawaii, aussi bien dans les dessins que dans l’attitude des personnages (et avec 3 jeunes filles en personnages principaux, je sentais venir le kawaii open bar…). Mais le contenu de l’anime est loin d’être gnan gnan car à travers les personnages, on découvre les hauts, les bas, les doutes, les rêves de gloire, les échecs, les petits boulots pour survivre d’un aspirant seiyu… D’ailleurs, le point fort de cette série est sans nul doute son approche informative voire pédagogique de l’industrie des acteurs de doublage car les coulisses du métier y sont dévoilés : studio d’enregistrement, agences d’acteurs, distribution des rôles, castings, interactions avec les producteurs, les autres acteurs, vétérans ou novices.

Autre plus de l’anime: l’apparition de vrais seiyu en tant que guests! Parmi ces acteurs, je retiens surtout Hiroshi Kamiya, l’homme aux mille voix (notamment celle d’Akashi dans Kuroko No Basuke, l’un de mes anime préférés… Ou Capitaine Levi dans Shingeki no Kyojin, pour vous situer).

Love Get Chu (2006)

ラブゲッCHU (Rabu Gē CHU)

Love_get_chuLe synopsis (myanimelist) :
Love get chu raconte les aventures de cinq filles venant dans une école de formation pour acteur de voix. Momoko – elle veut devenir seiyu pour rencontrer son acteur de voix préférée. Rinka – une actrice amateur mais sans  ambition particulière. Yurika – aime beaucoup les anime. Tsubasa – ne veut doubler que de jeunes garçons. Amane – se retrouve fasse à une impasse en tant qu’actrice et cherche une autre voie.

Mon avis : le début du premier épisode est narré par un jeune homme, sur fond de musique pop-jazz sympa. Mais au bout de 29 secondes, la bombe est larguée: “voici l’histoire d’un groupe de filles voulant devenir seiyu”. Si l’envie m’en dit, je ferais un article détaillé sur le pourquoi du comment je ne supporte pas les personnages féminins dans les anime japonais mais pour expliquer brièvement, femmes=nunuche party dans 80% des cas.

Il s’avère par la suite, comme je l’avais pressenti, que les personnages sont toutes des sketches sur pattes mais contrairement à mon a priori, ce n’est pas lourd et ne nuit pas au déroulement de l’histoire. Je pense même que c’est le genre d’anime qui peut se révéler intéressant à partir de l’épisode 2 ou 3. Cela-dit, je n’ai pas vraiment accroché donc en ce qui me concerne, Love Get Chu, c’est un non merci.

Rec (2006)

レック, (Rekku)

rec_animeLe synopsis (wikipedia) : Fumihiko Matsumaru attend une jeune fille qu’il a invitée au cinéma, mais celle-ci ne vient pas. Alors qu’il abandonnait tout espoir, Aka, une jeune fille de 20 ans, l’arrête dans son geste de déchirer les tickets et s’invite avec lui. Visionnant un film étranger, elle passe tout le film à lire les sous-titre à haute voix. Elle souhaite devenir seiyū.

Le soir venu, s’étant séparés, Fumihiko ne peut s’empêcher de repenser à l’audacieuse et intrigante jeune fille. C’est alors qu’un incendie se déclare. Arrivé sur les lieux, il aperçoit Aka, désemparée. Sa maison a brûlé. Il décide donc de l’héberger chez lui. Commence ainsi une cohabitation particulière.

Mon avis : une approche un peu plus profonde, sans doute liée au caractère réaliste des personnages et au contexte dramatique et romantique. Après 2 épisodes, j’émets un avis plutôt neutre : la série a du potentiel (relation entre Fumihiko et Aka, état d’esprit d’une seiyu en herbe…) mais pour l’instant, rien de transcendant. Point fort: les épisodes sont courts (environ 10 minutes) mais efficaces…

Koe de oshigoto! (2010)

Koe de Oshigoto! (こえでおしごと!) trad: “travail avec la voix”

Koe_de_oshigotoLe synopsis (myanimelist) :
Koe de Oshigoto! raconte l’histoire de Kanna Aoyagi, une jeune fille qui, pour son 16ème anniversaire, est invitée par sa soeur aînée à devenir une actrice de voix pour eroge (jeux vidéo érotiques). Au premier abord, Kanna refuse mais en pensant à toutes les sacrifices que sa soeur a fait pour elle en grandissant, elle se sent redevable et finit par accepter.

Mon avis : … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … …

Ces 112 points de suspension, ce n’est pas parce que je joue les jeunes vierges effarouchées devant un anime à caractère érotique mais parce que je ne sais pas quoi penser. Ce qui me plait dans cette anime, c’est que ce n’est pas “crade”: bien que le sexe soit LE sujet, on n’est pas dans une ambiance perverse, glauque ou que sais-je.

Au contraire, l’anime a une approche tournée vers le “slice of life” avec des scènes mignonnes ou drôles. Les mots “cochons”, tels que b!te, ch@tte ou p€nis (eh ouais, même p€nis…) sont censurés et l’appareil masculin en érection est remplacé par un arc-en-ciel à bulles. Mais d’un autre côté, pile quand tu te dis “oh ça va, c’est pas du hentai chelou”, t’as… la scène. Le genre de scène qui te fait dire:

wtf_kanye west

De manière globale, je dirais que cet anime est sympa à regarder, laisse parfois perplexe mais ne tombe pas dans le sordide. Par ailleurs, c’est une approche originale du métier de seiyu 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *