RAMEN BŌKEN 1 | Hakata Choten round 1, quand le tonkotsu se ramen à Paris

Ceux qui sont familiers avec la gastronomie japonaise noteront le ma-gni-fique jeu de mots du titre. Y’a plus qu’à monter mon one-man-show et… à moi L’Olimpia ! (oui, avec un “i” : c’est pas le Coquatrix mais l’autre ^^…)

Les restaurants japonais sont relativement nombreux à Paris, notamment dans le quartier de la rue Sainte Anne (que l’on peut d’ores et déjà baptiser le QG de la culture nippone) : une bonne partie de la gastronomie y est couverte, du bento à l’okonomiyaki en passant par les incontournables ramen. Cette spécialité de nouilles en bouillon est particulièrement bien représentée, à en juger la proportion tout à fait honnête d’adresses ainsi que les foules qui s’amassent aux devantures.

Mais mais maaaaais… Derrière ce portrait idyllique se cache un gros point noir, la fameuse anguille sous roche (voir baleine sous caillou) : pas de tonkotsu à l’horizon. Rien, nada, le néant.

❝ Tonkotsu?

Dans la famille ramen, il existe 4 membres principaux:

– le shoyu ramen, le père sobre et robuste à la fois

– le shio ramen, la mère douce et légère mais tout de même bien coquette

– le miso ramen, le fils habile et enjoué

– et enfin, le tonkotsu ramen, l’oncle rondouillet et bon vivant, qui fait des blagues salaces

Types de ramen tonkotsu ramen

type de ramen (source: histoires de pâtes)

Le sms qui a arrêté le temps

Tous les adeptes parisiens du tonkotsu ramen peuvent sécher leur larmes, cesser les incantations et revendre leur fétiches sur Le Bon Coin : le “kamisama*” de la bouffe a enfin entendu nos prières! Cette bonne nouvelle m’est parvenue le 29 mai dernier, de bon matin.

Tonkotsu_ramen_sms

A peine 8h et tu baves déjà

Un peu plus de 24h plus tard, j’étais confortablement attablée, à slurper mes délicieuses nouilles. Une petite larme d’émotion perle sur ma joue… (bon, c’était probablement un goutte de soupe suite à un accident de “slurpage” mais ne cassons pas le charme…)

*Kamisama : Dieu. Ouais, je place 2-3 petits mots japonais, pour “faire genre”

Tonkotsu ramen chez Hakata Choten

(ça rime!)

Hakata Choten a ouvert ses portes depuis le 15 mai 2015.

Le restaurant est accueillant ; un personnel sympathique mais aussi un agencement clair et efficace, une déco douce et des couleurs flamboyantes.

La carte, elle, est limitée. Intelligemment, j’entends. On y trouve que l’essentiel à savoir des tonkotsu ramen (mercipourlevidence.org), avec les variantes de topping – poireaux, soja, oeufs, chashu – et des variantes de sauces – “nature”, ail grillé, sauce piquante du chef.

Bien entendu, pas de ramen sans gyoza! C’est comme Starsky sans Hutch ou Jonathan sans Jennifer. Mon estomac – et son étroitesse – ne comprennent pas trop cette logique d’association mais mes papilles valident entièrement, d’autant plus que chez Hakata, ils ont le mérite d’avoir été primés meilleurs gyoza du Japon en 2004! Bon, je m’arrête là pour le Round 1 et vous quitte en images…

Je sens que cet article vous laisse sur votre faim 🙂 . Je vous invite à consulter leur page facebook: Hakata Choten Facebook ainsi que leur site web: Hakata-Choten.com. Quant à mon avis perso, ce sera l’objet du Round 2, d’autant plus que… j’y retourne demain!

Edit du 7/08: bah alors… le round 2?? Eh ouais, un peu trop de procrastination ces temps-ci mais le voici, le voili!

*RAMEN BŌKEN : l’aventure ramen…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *